Au café de la ville perdue

Anaïs LLobet

Éditions de l'Observatoire

  • 13 janvier 2022

    Au café de la ville perdue

    A Varocha, ancienne cité balnéaire sur l'île de Chypre, les maisons s'effondrent, disparaissent et s'effacent emportant avec elles les souvenirs et les histoires des habitants. En effet, Varocha s'est figée en 1974, suite à l'annexion du nord de l'île par la Turquie. Désormais entourée de barbelés, minée, la ville est laissée à l'abandon attendant un improbable réveil. A quelques kilomètres de là, de nos jours, une jeune écrivaine française s'installe chaque matin à la terrasse d'un café pour tenter d'écrire, de restituer le destin douloureux de l'île et de ses habitants où communauté grecque et communauté turque se déchirent. Mais l'histoire se dérobe à elle et la narratrice peine à donner sens et vie à son texte...jusqu'à sa rencontre avec Ariana une jeune serveuse qui tatoue sur sa peau son histoire et celle de son île. A. Llobet compose son roman par petites touches, alternant les points de vue et les époques, passant de la grande histoire aux vies singulières sans jamais perdre son fil romanesque. Par le biais d'une langue expressive, elle nous livre un récit saturé de couleurs, de sensations et d'émotions, un récit qui nous parle de mémoire, de nostalgie et d'héritage avec justesse et sensibilité. A découvrir


  • par (Libraire)
    12 janvier 2022

    Etre dépossédé de sa ville natale

    Chypre, île où vit l'auteure, partagée entre la Turquie et la Grèce. Par l'entremise d'une Française venue écrire un livre, Anaïs Llobet nous raconte l'année 1974 et la partition, à travers quelques personnages qui ont vu la ville de Varosha fermée avec des barbelés par les Turcs et vidée de ses habitants, pour la plupart grecs. Andréas, qui tient un café qu'il a appelé " de la ville perdue ", tout près de la zone de démarcation, et sa fille Ariana se souviennent de leur maison, sise 14 rue Ilios avec un magnifique figuier qui envahit maintenant la maison en ruine, et de la vie dans cette ville balnéaire, trépidante l'été. De nos jours, la séparation existe toujours.
    L'exil de sa propre terre, l'amour et la tragédie qui sont attachés à ce bassin méditerranéen, l'originalité de la construction du roman et la profondeur des personnages font que nous sommes happés par cette histoire prenante.